Le jeu de figurines fantastiques est un truc de punks. Si si, je vous assure. Les types qui ont écrit et illustré Slave to Darkness étaient gavés jusqu’à l’oeil du LSD littéraire qu’étaient la geste d’Elric de Melnibonée et les univers déglingués de 2000AD. Des histoires où les loosers sont les seuls à faire un doigt au système tout en sachant qu’ils ne s’en sortiront pas vivants.

Les choses ont un peu changé mais il en reste pour pisser contre le vent et donner raison aux bourgeoises qui s’inquiètent de ce que leurs gosses regardent sur MTV.

En 2020, les Suédois de Stockholm Kartell font savoir qu’ils t’emmerdent et sortent MÖRK BORG, un album de Doom Metal déguisé en JDR grimdark qui n’a cure de tes idées sur la mise en page. On y incarne des paumés et des dresseurs de singes qui se curent le pif en attendant la fin du monde dans un univers med-fan dégueulasse qui roule à tombeau ouvert, direction l’Apocalypse.

Les concepteurs sont des braves types, alors ils autorisent la communauté à s’approprier les règles et l’esthétique de leur jeu, autorisant même les fans à vendre leurs propres suppléments. Le matériau est pléthorique et d’une constance ahurissante dans sa qualité. Il ne faut pas longtemps pour que les figurinistes de K.R.D Designs montent à l’assaut pour exploiter le contexte de MÖRK BORG et proposer FORBIDDEN PSALM, une règle qui s’affranchit de la bienséance.

L’idée est simple: prenez cinq figurines, générez aléatoirement noms, profils et autres infirmités. Filez leur une épée, deux parchemins, une lanterne et ce que le reste de petite monnaie vous permettra d’acheter. Profitez du spectacle en les regardant se faire étriper par des goules pendant que votre lanceur de sorts meurt d’auto-asphyxie. Il faut bien cela pour rendre service à Vriprix, le sorcier dément qui vous envoie faire le garçon de courses dans la forêt au fil des scénarios.

La surface de jeu nécessaire est ridicule (60cm par 60cm), le nombre total de figurines sur la table dépassera rarement la douzaine et aucune gamme n’est imposée. Vous voulez tester ça seul avant d’avouer à vos amis que vous êtes un adorateur du Diable ? Pandémie mondiale oblige, le jeu est prévu pour du solo. Votre truc c’est plutôt la franche camaraderie sur fond de bruit de canette pliée ? Il y a des règles pour la coopération. Vous voulez régler vos comptes avec le batteur de votre groupe de Grindcore, les Blasphemous Bastards ? Le versus existe également. De toute façon vos bonshommes finiront tous engloutis par les ténèbres et les monstres errants qui font tellement de dégâts qu’on se demande pourquoi ce ne sont pas eux que Vriprix a embauchés.

FORBIDDEN PSALM, plus qu’une règle ultra épurée à base de D20 et de seuil de difficulté universel, est une vision du hobby qui ne s’adresse peut-être pas à tous les publics. C’est l’occasion de raconter une histoire aux enjeux risibles, qui finit mal et sur laquelle vous n’aurez presque aucun contrôle, mais dont vous reparlerez avec vos potes en écoutant du Reverend Bizarre, une bière de clochard à la main et le feu dans les yeux.

FORBIDDEN PSALM est disponible en PDF sur DriveThruRPG.com