Bonjour à toutes et à tous,

Dans un précèdent article, je vous proposais quelques conseils pour initier des joueurs à votre jeu préféré.

Si après cela vous avez envie de jeu plus sérieux (cette phrase est bizarre), vous pouvez tenter les rencontres multi-joueurs à caractère légèrement (ou non) compétitif, aussi appelés tournois.

Les tournois et autres ligues existent pour permettre de se mesurer à d’autre joueurs, approfondir sa connaissance du jeu et du métagame, faire des rencontres, le tout dans un cadre règlementé.

Le besoin d’encadrer et de réguler un jeu dont les règles sont pourtant couchées noir sur blanc dans un livre peut sembler surprenant aux premiers abords mais c’est pourtant nécessaire. La plupart des organisateurs de tournois prévoient des restrictions de listes, des formats, des règles de peinture, des FAQ, …

Ce cadre permet à tous de profiter de l’évènement et de s’assurer d’un certain équilibre.

Je vais vous présenter quelques points issus de mes expériences sur les tournois en espérant que cela vous permette d’y voir plus clair. Au moins vous saurez si ce type d’évènements est fait pour vous ou non selon vos envies ludiques, hobbyistiques et compétitives.

Cet article se concentrera sur les évènements autour de Warhammer 40k mais la majorité conseils restent transposable ailleurs.

  1. La taille du tournoi

Il existe des évènements de tailles et de durées différentes. Il peut s’agir d’un petit événement sur 1 jour avec entre 4 et 50 joueurs mais on trouve aussi d’énorme tournoi sur plusieurs jours (2 ou 3) réunissant plus d’une centaine de joueurs.

Les enjeux et les règlements seront bien diffèrent et je vous conseil de commencer petit. Cela vous permettra de vous habituer au fonctionnement d’un appariement, d’une fiche de score, du temps de ronde, …

Un tournoi local dans une boutique ou un club du coin est une très bonne façon de débuter.

2. Les « tournoyeurs »

Il y a une idée assez répandue qui montre les joueurs de tournois comme des monstres sanguinaires assoiffés de points victoires, prêt à écraser tous nouvel arrivant contre un espoir de gloire éphémère.

J’ai l’impression que c’est plutôt faux même si l’on peut trouver quelques joueurs dont le comportement humain peut laisser à désirer.

Dans un petit tournoi les joueurs auront tendance à se montrer plutôt bienveillant avec les nouveaux. Ils sont probablement conscients que de leurs actions dépend l’avenir du jeu local. Autant éviter de s’embrouiller, pour des broutilles, avec un potentiel partenaire de jeu régulier car on vient tous du même secteur géographique.

Dans les tournois de plus grande envergure, les joueurs réguliers du circuit sont de tels passionnés et ont tellement d’heures de jeu au compteur qu’ils sont plus rarement en train de courir derrière une pseudo gloire. Ils seront d’autant plus enclins à vous aider, vous conseiller et pardonner de petites erreurs involontaires.

Le plus simple pour être sûr de passer un bon moment est de venir avec quelques amis pour partager vos histoires entre les parties. Se présenter avec un état d’esprit positif et l’objectif de s’améliorer en passant un bon moment. En se concentrant sur ce que l’on transmet à son adversaire, on s’assure de lui permettre de passer une bonne partie. De plus, se faisant, on met toutes les chances de son côté pour que la réciproque soit vraie.

3. Le jeu d’intention

La plupart des organisateurs de tournois prônent le jeu d’intention. Derrière ce nom se cache une volonté d’éviter les conflits en incitant les joueurs à plus de clarté dans leurs actions.

En clair, pour éviter les engueulades et la frustration en cours de partie car vous auriez oublié une action ou mal mesuré une distance, on vous invite à déclarer vos intentions d’actions à voix haute. Cela laisse le temps à l’autre joueur de vous aider à mesurer les distances ou à prendre note de votre volonté d’effectuer tel ou tel action.

Ce faisant si vous annoncez vouloir vous positionner à un peu moins de 6 pouces d’une unité pour bénéficier d’une aura. Si la table bouge à la suite d’un choc, votre adversaire devra toujours considérer que votre figurine se trouve à moins de 6 pouces de l’autre (quitte à devoir les replacer pour se faire).

Si en début de phase de mouvement vous déclarez que telle unité fera une action en fin de phase de mouvement, même si vous passez trop rapidement en phase psychique, votre adversaire vous accordera toujours le crédit de l’action car vous aviez pris le temps de déclarer vos intentions.

Le but n’est absolument pas d’être brouillon mais d’éviter de se servir d’un petit manque de rigueur sur les timings pour gagner une partie. Cela veut aussi dire que si vous jouez trop vite sans déclarer vos intentions vous ne pourrez plus faire valoir le fait que vous souhaitiez faire une action ou que vous étiez intentionnellement placé à X pouce d’une cible.

C’est responsabilisant tout en incitant à la clarté de jeu et au respect. Vous l’aurez compris, j’approuve le concept à 100% !

4. La liste d’armée

Il vous sera systématiquement demandé d’envoyer votre liste d’armée bien avant le tournoi afin que les organisateurs puissent valider le respect des règles.

Veillez à bien suivre les consignes des organisateurs car il est fastidieux de relire 50 listes d’armées dans des formats « maison ». L’uniformisation aide énormément à la relecture et à la correction.

Une fois les listes corrigées, elles seront souvent publiées pour permettre de se préparer. Ce temps permet de prendre connaissance des listes adverses et de les comprendre. Même si l’on ne jouera pas contre tous les joueurs, il est bon d’avoir un minimum de connaissance pour gagner du temps sur la table et éviter les mauvaises surprises.

5. La peinture

Assez souvent la peinture de son armée est obligatoire pour participer. On est dans un passe-temps qui nous demande pas mal d’implication et de patience, il est normal d’attendre de tous un certain respect des normes esthétiques. Certains joueurs ne viennent d’ailleurs aux tournois que pour sortir leur armée et admirer d’autre belle bande.

Vous rencontrer aussi des adeptes de la bombe de sous couche noire avec quelques couleurs pour justifier que les figurines sont peintes. Ils sont bien heureusement minoritaires.

Le but ici n’est pas de désavantager un moins bon peintre mais de s’assurer que le minimum syndical est assuré. Il est très rare de voir une note de peinture/hobby interférer avec la note de jeu.

Seuls les 10 points de peintures peuvent être retirés si certains socles ou certaines pièces ne sont pas totalement peintes.

Il y aura de temps à autre des concours de peinture permettant de présenter son armée. Renseignez-vous si vous souhaitez y participer.

6. Les munitions

  • Je vous conseil de venir bien armée afin de mettre toutes les chances de votre côté.
  • Vous aurez donc besoin :D’un livre de règle
  • De votre livre d’armée et tout document de mise à jour de celui-ci
  • D’un mètre ruban
  • De suffisamment de dés (une bonne 30aine)
  • De papier et d’un stylo pour noter les scores
  • D’eau. Il faut penser à rester hydrater.
  • De médicament pour le mal de crane. Le bruit, la pression, la concentration donnent parfois de sacrées migraines.
  • De sommeil. Pensez à bien dormir la veille !!!

7.L’aspect narratif

Je n’ai pas encore trouvé d’évènement faisant la part belle à la narration. La plupart des évènements ne sont finalement qu’une succession de parties contre des inconnus dont la plupart sont venus mesurer l’efficacité de leur liste.

Si vous appréciez uniquement les parties narratives, les actes de bravoure, les retournements de situations, je vous conseil de choisir d’éviter les tournois. Vous seriez probablement déçu.

8. L’armée

Cela peut paraitre idiot mais il faut posséder une armée peinte pour participer aux évènements.

C’est pour cela que je vous conseil (si la peinture n’est pas votre motivation première) de :

  • Bien planifier votre peinture. Ne comptez pas peindre 100 orks en 1 mois si vous en peignez à peine 2 par semaines. De même, prévoyez vos soirées de peinture et vos soirée « vie sociale » car sinon vous allez vous retrouver avec un max de boulot la dernière semaine voir le dernier jour et vous pourriez manquer de soirée très sympa voir même de sommeil pour le jour J.

Faite votre retro planning en précisant clairement ce qu’il faut peindre (socles compris) et les étapes sur chaque figurine. Puis noté le temps que vous passez sur un échantillon représentatif de votre armée (par exemple 10 orks alors que vous devez en peindre 120).  Vous pourrez ainsi ajuster en temps réel vos exigences et votre emploi du temps. Rien n’est pire que de peindre parfaitement une unité en un mois pour se rendre compte qu’il nous en reste 5 à faire en 2 semaines.

L’homogénéité et l’effet de masse offrent de très bon résultat. Il vaut toujours mieux avoir toutes les figurines peintes à 60% de nos capacités plutôt qu’un tier de son armée non peinte.

  • Jouez une liste que vous connaissez bien et/ou qui vous amuse énormément. Il peut être tentant de courir derrière les dernières top listes du moment mais cela ne veut pas dire que vous aurez le temps de peindre ladite armée, ni le temps de la maitriser.

Et même si vous y arrivé, vous n’êtes pas certain d’en apprécier le gameplay. Il serait dommage de s’ennuyer pendant un WE après avoir acheté et peint 2000 points d’armée en 2 mois.

9. Le métagame

Ce terme barbare désigne l’état d’équilibre et d’influence des armées dans un milieu donné à un instant précis.

Cela vous permet de prévoir contre quel type d’armée vous risquez de tomber et ainsi vous armer en fonction.

C’est périlleux au début et un petit méta local diffèrera fortement du méta d’un très grand tournoi international.

Encore une fois, si vous débutez, je vous conseille de venir avec votre armée de cœur et une liste bien équilibrée (capable de gérer correctement de la masse et de gros tank). Vous aurez souvent de meilleurs résultats et plus de plaisir en jouant correctement votre armée plutôt qu’en essayant de lire dans les étoiles pour savoir quoi jouer.

Conclusion

J’aime beaucoup me rendre aux tournois locaux de petite taille (voir intermédiaire). Je suis toujours content de revoir les mêmes visages, les mêmes armées (avec quelques nouvelles pièces).

Ça procure un bon test hors de son groupe d’ami tout en profitant de l’évènement avec eux.

Je garde le jeu en équipe pour un prochain article car c’est très riche.

J’espère vous croiser un jour au détour d’une table.

D’ici là je vous souhaite de bonnes fêtes.

Protégez-vous et les autres !