La passion permet le plus souvent de rendre l’apprentissage moins pénible, voir même d’en faire un plaisir. Un chemin à découvrir et à parcourir vers la maitrise. Cela vaut autant pour le jeu que pour d’autres domaines. Cependant la passion à elle seule ne suffira pas toujours à permettre aux autres de franchir la barrière des règles qui les sépare de votre jeu préféré.
Je vais tenter de vous livrer quelques astuces qui, selon moi, vous permettrons de réaliser de meilleures démonstrations de vos jeux préférés et ainsi les rendre accessible au plus grand nombre.
Je vais me concentrer sur les jeux de figurines même si certains conseils restent applicables aux jeux de société.
Que vous prévoyez de faire découvrir le jeu à l’une de vos connaissances ou que vous soyez amené à le faire tester en salon, ces conseils devraient vous aider.

1) Identifier les attentes de l’autre
Une personne débutant dans le jeu de figurine, un passionné de la première heure vétéran de nombreuses parties, une famille curieuse cherchant un moyen de se divertir ne cherchent pas la même chose lorsqu’il vous demande simplement « comment ça marche ? » ou encore « est-ce que vous pouvez m’expliquer le jeu ? ».
Identifier le niveau hypothétique de la personne en face de vous vous permettra d’adapter le niveau de votre démonstration. Pour transmettre votre passion, il faudra vous demander ce que VOUS pouvez LEURS transmettre dans le temps qui VOUS est offert.
Et oui, quoi qu’on puisse en penser, c’est bien le testeur qui vous offre de son temps en vous laissant une chance de le faire craquer sur le jeu. Il va falloir se montrer à la hauteur du cadeau.

2) Adapter le temps de la démonstration
Un visiteur sur un stand ou dans un magasin sera susceptible d’avoir moins de temps que votre ami qui passe jouer chez vous un WE. Prévoyez une durée de démonstration permettant de s’adapter à la situation.
Pour cela, il va falloir compter sur les points suivants.

3) Extraire les différentes composantes du jeu
Vous pourrez souvent simplifier, couper, recomposer un jeu pour n’inclure que les éléments les plus importants à votre démonstration. Il n’est pas nécessaire forcément de comprendre toutes les fonctionnalités d’un four et la composition du moule pour savoir faire un gâteau et l’apprécier.
A vous de comprendre ce qui vaut le coût de prendre quelques minutes du temps d’autrui et risque de le convaincre de rejoindre le banc des passionnés. Il peut s’agir d’une mécanique particulière, d’un aspect fun du jeu, d’une curiosité stratégique inattendue, d’une originalité dans la sélection de son armée …
Orientez votre démonstration autour de cela quitte à tronquer d’autres partie du jeu. On doit rapidement rentrer dans le vif du sujet en ayant toutes les clés nécessaires à la démonstration.

4) Annoncer les enjeux de la partie
Vous pouvez placer des conditions de victoire et de défaite totalement différentes d’une partie normale. Il faut cependant que celle-ci soient claires, visible et rappelées assez souvent pour les testeurs.
Le but sera bien sûr d’éviter de noyer l’autre sous les informations à prendre en compte avant de pouvoir agir avec ces figurines.

5) Aidez, conseillez mais laissez l’autre jouer
Souvent en voulant aider on oubli de laisser le testeur faire ses choix. Cela l’empêchera de sentir l’intérêt et le poids de ses actions.
D’un autre côté, lui marcher dessus après une erreur stratégique ou un mauvais lancé de dés risque de beaucoup le frustrer.
Il s’agira de bien doser le conseil, d’accompagner en donnant 2 ou 3 choix (avec explication rapide des différences). Vous pouvez aussi laisser commettre des erreurs, lui expliquer en quoi c’était une erreur (démonstration rapide à l’appui) puis remettre en place avant l’erreur pour que la partie continue.

6) Gardez le rythme
Ne prenez pas trop de temps pour jouer. Cela importe peu que vous commettiez des erreurs. Il vous incombe cependant de bien expliquer vos actions ainsi que certaine des conséquences.
Il faut éviter de perdre l’intérêt du testeur à cause de l’ennui.

7) Prévoir un moment de discussions après démonstration
Si votre démonstration était adaptée vous auriez surement le temps de présenter à l’oral d’autres aspect de votre passion. Ayant eu un avant-goût du jeu, vos futurs partenaires devraient être capables de comprendre les informations supplémentaires que vous allez leurs fournir.
Vous pourrez ainsi dialoguer facilement et transmettre votre passion.

8) Intéressez-vous à l’autre
Avant d’expliquer en long et en large pourquoi votre jeu est le meilleur, le plus sympa, le plus fun … pensez à demander ce que les personnes à la table ont pensé du jeu.
Cela vous permettra de nuancer certain ressenti négatif ou au contraire d’appuyer sur les aspects qui auront plus. Vous apprendrez aussi comment améliorer votre prochaine démonstration.

9) Préparez un matériel qui donne envie
Même si rien n’empêche d’être très honnête et de faire une démonstration avec des figurines grises sur un tapis de jeu sans décors, il est toujours attrayant de voir quelques figurines bien peintes et une table de jeu fournie.
Vous pouvez garder quelques figurines grises ou métalliques pour montrer ce qu’ils auront dans les mains au début et ce que représente l’aspect créatif du jeu.

10) Proposez en plus
Votre démonstration c’est bien passée ? La discussion était sympa et naturelle ?
Si oui, vous pouvez suggérer d’aller sur le site de l’éditeur, sur une chaine youtube, dans un magasin, dans un club ou de revenir pour approfondir le test et l’apprentissage. Vous pouvez en profiter pour dévoiler quelques aspects/règles qui susciterons de l’intérêt.
C’est un moment très important. Les informations que vous allez dévoiler et le chemin que vous conseillerez auront de l’impact sur l’envie de continuer ou non.

11) Ne forcez pas la main
Dès lors que quelqu’un, après vous avoir remercié de votre démonstration, vous fait l’exposé de ce qui lui a déplus dans le jeu, il faut éviter de rentrer dans un débat d’arguments trop poussé. Vous pouvez rapidement échanger avec lui sur les points soulevés, mais chercher à convaincre l’autre à tout prix ne fera surement que le braquer.
Il faut savoir accepter qu’aucun jeu ne peut plaire à tous.

12) Pensez à vous amuser et à faire en sorte que le testeur passe aussi un bon moment
Soyez cordial. Souriez. Ne prenez pas la partie trop au sérieux. Ne laissez pas gagner l’autre par condescendance. Cela donnera un meilleur aspect de votre communauté et pourrait bien à lui seul donner envie d’aller plus loin car c’est avant tout une aventure humaine que l’on vit à travers les jeux de figurines.

Tout cela est bien beau, mais comment l’appliquer concrètement ?

Voici un petit exemple de ce que vous pouvez envisager de faire pour expliquer Warhammer 40k à un ami :

– Une première partie à la cool avec peu de points (entre 500 et 1000) avec peu d’objectifs sur la table. Oubliez les pouvoir psy, les stratagèmes, les objectifs secondaires, … Allez à l’essentiel !
Il suffira de 3 tours de jeu, quelques tirs, un corps à corps pour comprendre sommairement de quoi il en retourne.
Pensez à fournir des aides de jeu imprimés plutôt que le livre d’armée.
Prenez le temps de discuter.
Si ça s’est bien passé, proposez une autre session.

– Vous pourrez alors faire une partie à 1000 points avec un scénario officiel et quelques stratagèmes mais toujours sans objectifs secondaires le tout sur 5 tours.
Sélectionnez les stratagèmes les plus adaptés à l’armée et les plus simple. Il n’y a pas besoin de proposer des choses trop complexes.
La motivation reste présente ? La passion commence à prendre le dessus sur la rationalité ?
Il est temps de proposer la 3ème et dernière partie.

– Là vous pouvez entrer dans le vif du sujet !
Sortez toutes les règles, les objectifs secondaires, les pouvoirs, …
Pensez à bien rester didactique car cette partie va être très longue et complexe.
S’il n’a pas tourné de l’œil vous devriez avoir la chance de gagner un nouveau joueur dans votre entourage. Félicitations ! Vous avez réussi à transmettre votre passion !

Autre exemple sur une convention, face à un groupe de débutants, sur un autre jeu. Disons Malifaux !

– Proposez une démonstration avec un nombre de figurines très réduit mais varié aussi bien au niveau du style qu’au niveau du gameplay. N’hésitez pas à mixer les factions.

– Simplifiez les cartes allant avec les figurines. Exit les règles concernant les marqueurs sur le terrain et celles trop complexes. Simplifiez les triggers pour en garder la philosophie sans la difficulté. Proposez à chacun de jouer une figurine pendant que vous jouez la bande en face.

– Proposez un petit terrain avec un objectif simple du type « faire 5 points de victoire ». 1 point si on tue une figurine, 1 point si on touche le bord de table adverse, 1 point si l’on fait tomber une figurine adverse d’un décor, …

– Cela suffira bien souvent à sentir la différence entre les factions et les figurines. Vous aurez aussi le temps de vous approprier le deck de cartes et le coté varié des objectifs du jeu.

– Une fois la partie terminez, n’hésitez pas à montrer la variété d’histoire, de sculpture, de factions présentent dans le jeu.

– Donnez l’adresse du site internent de Malifaux, l’adresse de votre association ou de votre revendeur préféré.

Vous pouvez décliner cela sur n’importe quel jeu. A vous d’essayer et de trouver votre méthode !
J’espère que cette liste sommaire vous aura sensibilisé à la méthodologie nécessaire à une bonne démonstration.
N’hésitez pas à nuancer, adapter, discuter les points aborder. Ceci n’a pas pour vocation d’être une règle absolue mais plutôt un guide de ce qu’il faudrait essayer ou éviter de faire lors d’une démonstration.
Merci d’avoir pris le temps de lire.

Poutoux